100 % électrique, le premier bus a récemment tourné ses roues dans les rues de la Tunisie.

Ce moyen de transport, qui porte la marque chinoise BYD, a été importé par la communauté Al Badr au bénéfice de l’ANME (l’Agence Nationale pour la Maitrise de l’Energie). Au cours de la période à venir, ce véhicule incorporera le parc de la TRANSTU et celui de la SORETRAS et subira un test sur une période qui s’étale sur 6 mois. Le groupe Al Badr a, en effet, revêtu de sa signature, le 13 Juillet 2018, un accord de partenariat dans l’intention d’entretenir une collaboration qui vise le soutien des programmes de l’AMNE.

D’ailleurs, le 19 Novembre 2018, un évènement dénommé «  La Mobilité Electrique en Tunisie »a été crée par le ministère de l’industrie et des Petites et Moyennes entreprises dans le but de faire connaitre cette technologie et de communiquer aux principaux acteurs la détermination des pouvoirs publics à promouvoir la mobilité électrique.

BYD comporte à présent 220.000 salariés et plus de 33 parcs industriels à travers le monde. Le constructeur s’est penché sur plusieurs activités et particulièrement sur : les énergies renouvelables (production et stockage), transport ferroviaire (Metro suspendu), les technologies de l’information, éclairage public et automobile (bus, voiture électrique, véhicule d’assainissement, camion, chariot élévateur).
Ambitieux, le groupe Al Badr ne se contente pas d’importer des véhicules de la marque mais a l’intention aussi de s’appliquer dans le montage des véhicules électriques en Tunisie. Pour réaliser ce projet, on a réservé un terrain spécifique de 6200 m2 à Bir El Kassaa doté d’une capacité de production de 50 à 80 bus par an et entre 2000 et 3000 véhicules légers.

A cette occasion, Abdelatif Kallel, du Groupe Al Badr a affirmé : « Nous avons acquis ce bus selon les normes européennes, en partenariat avec le constructeur chinois BYD, leader mondial de véhicules électriques afin d’effectuer des tests sur le terrain. La plupart des pays développés se tournent aujourd’hui vers ce type de véhicules, étant donné le grand déficit énergétique mais également dans un souci de réduction des émissions en CO2».

« Ce bus d’une capacité de 90 passagers (28 assis) dispose d’une autonomie de 250 km et est équipé d’un chargeur ultra rapide capable de recharger la batterie en à peine 3h. Ce dispositif de recharge peut facilement être installé dans les parcs ou les terminus, sachant qu’en à peine une demi-heure, on pourra assurer une autonomie de 100 km » a ajouté le responsable tout en mettant l’accent sur l’objectif de cette action qui consiste principalement à tester les véhicules en partenariat avec l’Etat pour mettre le point sur l’impact et les gains à dégager de cette technologie.

Concernant le cout, l’unité de ce véhicule débute à partir de 180.000 dollars et peut aller jusqu’à 400 mille dollars selon les dimensions, l’autonomie désirée et les équipements distincts ,pour une durée de vie allant de 10 à 12 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut